Depuis octobre 2013, Evangile 21 publie chaque semaine de nouveaux articles, ce qui constitue aujourd’hui une base de presque un millier d’articles. Nous désirons profiter de l’été pour revisiter nos archives et vous re-proposer quelques articles publiés au cours de ces années.


Si votre Bible préférée a plus de trois ans, et si elle n’est pas numérique, elle témoignera bien de vos habitudes de lecture. Bible fermée, regardez la tranche sur le côté. Que voyez-vous ?

Chez la plupart des chrétiens, notre Bible, à part une petite trace d’usure au milieu, sans doute dans les Psaumes et peut-être dans les Proverbes, révélera qu’on passe beaucoup plus de temps dans le Nouveau Testament que dans l’Ancien.

Dans un sens, cela se comprend bien. Après tout, nous sommes disciples de Jésus Christ, et nous voulons mieux connaître notre Seigneur. Nous voulons mieux saisir tout ce qu’il est pour nous, pourquoi il est venu, et tout ce qu’il a fait pour nous. Nous voulons mieux comprendre sa volonté pour notre vie et le rôle de notre vie dans le grand dessein de Dieu pour le monde. Et nous voulons comprendre comment vivre notre vie de foi, individuellement, dans notre famille, chez nos frères et sœurs en Christ, et dans ce monde souvent si hostile, en attendant l’accomplissement final de toutes les belles promesses de Dieu en Christ.

C’est pour cela que nous lisons le Nouveau Testament. Mais tous les auteurs du Nouveau Testament, et Jésus lui-même, nous diront que c’est pour cela que nous devons lire l’Ancien Testament.

Vous n’avez qu’à ouvrir un Nouveau Testament de poche, au premier livre, au premier chapitre, au premier verset : « Généalogie de Jésus-Christ, fils de David, fils d’Abraham ». Mettez-vous à la place du non croyant à qui vous avez offert ce Nouveau Testament. Il l’ouvre devant vous et lit cette première ligne. Vous devez lui expliquer que le père de Jésus ne se nomme pas David, et qu’Abraham n’est pas son grand-père non plus.

Derrière ces deux noms, il y a un immense poids de matériel historique et théologique. Ces deux personnages, David et Abraham, et leur rôle dans le plan de Dieu pour le monde, traversent la Bible en long et en large (voir Apocalypse 22.16). Mais c’est surtout dans l’Ancien Testament que nous allons découvrir les liens importants entre ces hommes et Jésus, et surtout entre les promesses de Dieu à ces hommes et leur accomplissement en Christ.

Comprendre l’Évangile sans comprendre l’Ancien Testament ? Impossible … dans un sens. Mais bien sûr, il faut commencer quelque part dans notre compréhension, et il n’est pas nécessaire d’avoir maîtrisé la construction du Tabernacle ou les listes des sacrifices à offrir, avant de saisir la vérité que Christ est mort pour nos péchés.

On peut très bien commencer par Jean 3.16 : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle », ou par Actes 16:31 : « Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé ». Mais tôt ou tard (tôt serait mieux), il va falloir pousser plus loin et approfondir notre compréhension de l’Évangile et nos racines spirituelles. C’est l’Ancien Testament qui va nous aider.

Qui est-ce, ce Dieu créateur ? Dans quel but a-t-il créé le monde ? Et pour quelle raison a-t-il créé l’humanité ? Les a-t-il créés tels que nous les voyons aujourd’hui ? Alors, qu’est-ce qui ne va pas ? Qu’est-ce qui est arrivé ? Et surtout, Dieu a-t-il une solution pour rétablir ce monde ? C’est l’Ancien Testament qui va répondre à ces questions. Et c’est dans ce contexte que nous rencontrerons Abraham et ses descendants nombreux, dont David, et nous comprendrons mieux leur rôle dans le plan de Dieu. C’est ce qui nous conduira à Matthieu 1.1 : « Généalogie de Jésus-Christ, fils de David, fils d’Abraham » … avec un grand « Ah ! Maintenant je vois … un peu mieux ! »

Nous pourrions aussi parler du discours de Jésus ressuscité avec les deux disciples sur le chemin d’Emmaüs, où il est écrit :

« Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Écritures ce qui le concernait » (Luc 24.27).

Ou nous pourrions parler de l’exhortation de l’apôtre Paul à son jeune (au début de la quarantaine?) protégé, Timothée :

« Depuis ton enfance, tu connais les Écrits sacrés ; ils peuvent te donner la sagesse en vue du salut par la foi en Christ-Jésus. Toute Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour redresser, pour éduquer dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit adapté et préparé à toute œuvre bonne. » (2 Timothée 3.15-17)

Toute la Bible est nécessaire pour bien équiper l’homme et la femme désireux de servir Christ. Mais dans le contexte de Paul, à son époque, « les Écrits sacrés » étaient … l’Ancien Testament !

Pourquoi lire l’Ancien Testament ? Pour mieux comprendre Dieu lui-même. Pour mieux comprendre Jésus Christ et son œuvre. Pour mieux aimer et servir notre Dieu dans ce monde aujourd’hui.


POUR ALLER PLUS LOIN
Un programme de lecture systématique et régulière de toute la Bible, comme : La Bible en un an, La Bible en deux ans, Le calendrier de M’Cheyne, Ce matin avec Dieu, etc.
Une méditation quotidienne tirée d’une lecture systématique, telle que les deux tomes de D. A. Carson, Le Dieu qui se dévoile.
Une étude systématique de l’Ancien Testament, pour groupes, telle que les quatre tomes de la série (Re)découvrons l’Ancien Testament, d’ITEA.
Des livres et des commentaires, à des niveaux différents, tels que Le Dieu qui est là de Carson, ou Pour une lecture de l’Ancien Testament à la lumière de l’Évangile de Jacques Blandenier.

Cet article vous a plu ? Inscrivez-vous pour recevoir nos derniers articles !