La plupart des gens sentent quand une personne est en train de profiter d’eux. Un ami qui apprécie les avantages de ta compagnie parce que tu as les moyens de mettre la main à la poche. Un membre de la famille qui te fait du chantage affectif pour arriver à ses fins. Un collègue « qui te colle » parce que tu es meilleur à ton travail. Nous n’aimons pas que l’on profite de nous. Ça nous dérange : on comprend bien pourquoi ces personnes cherchent à rester proches de nous, on voit bien ce qui est à la base de leurs motivations. Mais Dieu a la capacité de voir au cœur d’une personne, et elle dépasse de loin la nôtre. Il peut discerner que bien souvent, ce n’est pas Lui que nous désirons, mais plutôt ce qu’Il nous donne. Et la bonne nouvelle dans tout ça ? L’Évangile est pour les profiteurs, comme vous et moi.

Laissez-moi vous donner un exemple.

Israël a profité de Dieu

On peut lire dans 1 Samuel 4 que lorsque les Philistins ont mené une bataille contre les Israélites, ces derniers ont utilisé l’Arche de l’Alliance pour se protéger. Nous savons que leurs motivations étaient mauvaises car « les deux fils d’Eli, Hophni et Phinées, étaient là, avec l’arche de l’alliance de Dieu. » (verset 4) Or ces deux-là étaient tout sauf pieux : « Les fils d’Eli étaient des vauriens qui ne connaissaient pas l’Éternel. » (1 Samuel 2.12) Dans leur fonction de prêtre, ils étaient malhonnêtes avec les offrandes, volaient des parts pour leur usage personnel, et agissaient de façon immorale avec les servantes (1 Samuel 2.17,22).

Cette attitude envers Dieu a mal tourné pour les Israélites. Leur assurance s’est stoppée net : tous les hommes se sont enfuis, 30 000 soldats ont été tués, l’Arche de l’Alliance a été prise et Hophni et Phinée sont morts. (4.14)

Par ce récit, Dieu montre clairement qu’il ne laissera pas les hommes profiter de lui.

Nous profitons de Dieu

Quelle est la morale de cette histoire ? Nous n’aimons pas que d’autres profitent de nous, mais nous aimons profiter des autres. Nous utilisons souvent Dieu et nos prochains pour arriver à nos fins. Nous aimons marcher « par la foi » tant que cela nous garde sur le chemin qui mène au succès. Te reconnais-tu dans certains de ces scénarios ?

  • Vas-tu à l’église pour te sentir mieux, ou pour trouver une solution à tes problèmes ?
  • Es-tu mécontent à la fin du culte lorsque ce n’était pas à la hauteur de tes attentes ?
  • Pries-tu seulement lorsque tu veux que Dieu te donne quelque chose ou quand tu es insatisfait ?
  • Lorsque tu rends service, es-tu frustré si personne ne le remarque ?
  • De façon générale, es-tu déçu de Dieu, sauf lorsqu’il t’arrive quelque chose de bien ?
  • Oublies-tu facilement de le remercier ?
  • T’attends-tu à ce que Dieu accorde un succès immédiat à tes efforts d’évangélisation ?
  • Lis-tu la Bible uniquement pour avoir une vie meilleure ?
  • Est-ce que tu te sers de la Bible pour valider les buts que tu t’es fixés ?
  • T’attends-tu à ce que Dieu récompense immédiatement tes actes de bonté ?
  • Est-ce que tu évites de parler du péché, car cela t’offense ?

De quelle façon tentes-tu d’utiliser Dieu ? Nous vivons dans une époque centrée sur l’homme, ce n’est pas nouveau. Depuis le commencement, le péché engendre l’égoïsme. Nous avons perdu de vue « l’Éternel, le maître de l’univers, qui siège entre les chérubins » (1 Samuel 4.4) Nous nous sommes placés au centre de l’univers. Adam et Ève ont été les premiers à pécher contre Dieu car ils voulaient être semblables à lui (Genèse 3.5). Et ce désir de gloire personnelle et de contrôle continue en nous. Mais le Dieu Très-Haut, notre Créateur, ne se laissera pas contrôler par ses créatures. Il tient les profondeurs de la terre dans sa main et les sommets des montagnes sont à lui (Psaume 95.4). Il nous considère en connaissant parfaitement l’étendue de notre péché, et il sonde nos cœurs (Psaume 11.4). Le Seigneur connaît toutes choses, passées, présentes et futures et conduit ses desseins pour sa gloire.

Voilà notre Dieu ! Nous existons pour lui, ce n’est pas lui qui existe pour nous. Il veut que nous venions à lui dépendants, faibles, pour reconnaître que nous avons besoin de son salut, de son espérance, de sa force. Il nous a créés pour nous soumettre entièrement à lui, et non pour se soumettre à nous.

Alors que devons- nous faire, nous qui sommes des profiteurs ?

Une bonne nouvelle pour les profiteurs

L’Évangile est pour les profiteurs. En d’autres mots, pour nous. C’est paradoxal et c’est magnifique - voici qui est Dieu, et ce qu’il a accompli pour toi et moi :

  • Il ne peut être utilisé par les hommes – pourtant il meurt volontairement sur la croix pour nous
  • Il ne peut être contrôlé par les hommes – pourtant il s’humilie pour nous sauver, en devenant l’un de nous en Jésus Christ
  • Il ne se laissera pas dicter ses plans – pourtant Christ se soumet au plan du Père et donne sa vie pour les égocentriques.

Dieu connaît nos cœurs égoïstes, mais il nous rachète. Jésus voit nos vaines ambitions, et accomplit la volonté du Père pour nous en libérer. L’Évangile convainc et purifie les profiteurs, et les transforme en adorateurs. En prenant conscience de notre péché et de la générosité du Christ, nous nous repentons. Nous nous tournons vers lui et confessons nos tentatives pour profiter de lui à nos fins égocentriques. Nous confessons nos ambitions égoïstes, notre sectarisme, notre vision mondaine, la folie de vouloir vivre comme si nous étions plus forts et plus sages que lui. Nous nous réjouissons de savoir que nous existons pour Dieu.
Dieu ne se laissera pas utiliser, mais il se donne librement pour les profiteurs. Il offre des cœurs nouveaux qui désirent faire sa volonté, et non la nôtre. Quel splendide Évangile.


Cet article vous a plu ? Inscrivez-vous pour recevoir nos derniers articles !