La pornographie est un fléau planétaire. Les statistiques sur le sujet font peur. Ce péché est sournois. On pourrait penser que la destruction d’un péché privé est moins importante que celle d’un péché public. La Bible nous met en garde contre un tel raccourci.

« Fuyez l’immoralité sexuelle. Tout autre péché qu’un homme commet est extérieur à son corps, mais celui qui se livre à l’immoralité sexuelle pèche contre son propre corps. » (1 Cor 6.18)

Que pensez vous, qu’il est plus néfaste de mettre du poison dans un bras de rivière ou directement dans la source ? La pornographie, comme tous les autres péchés sexuels, détruisent le corps de l’intérieur. Ils font partie d’une famille de péchés que la Bible prend extrêmement au sérieux. C’est un poison qui attaque la source et qui contamine tous les domaines de la vie.

La pornographie détruit le caractère

Succomber à la pornographie, c’est nourrir son égoïsme. Regarder du matériel pornographique est 100% égoïste. Cela ne construit personne, n’aide personne, n’encourage personne, ne bénit personne. C’est un comportement qui, dans sa totalité est centrée sur soi. Ce n’est en aucun cas inoffensif. L’égoïsme est le contraire de l’amour et du message de l’Evangile.

Succomber à la pornographie, c’est nourrir son orgueil. Nous sommes tous pécheurs et en cheminement. Nos chutes, pour la plupart, sont le résultat de notre immaturité et notre manque de connaissance sur les nuances profondes du péché ancrées en nous. Cependant, succomber à la pornographie est grave parce que c’est un péché conscient, un acte de rébellion et de défaillance. C’est de l‘orgueil. Jouer avec le péché et croire que l’on sera assez fort pour arrêter « plus tard » est une attitude arrogante extrêmement dangereuse.

Succomber à la pornographie, c’est nourrir l’amertume. Dieu nous enseigne à exprimer notre reconnaissance en toute circonstance (1 Thess 5.18). Cela est impossible lorsque nous péchons consciemment contre Dieu. Chercher son plaisir en dehors de ce que Dieu nous donne est déjà un manque de reconnaissance. Se gratifier d’une pratique dans laquelle la reconnaissance est impossible ne peut qu’enfanter plus d’amertume.

Succomber à la pornographie, c’est nourrir les ténèbres dans son cœur. Ce péché se pratique en cachette, il est honteux. Il se nourrit dans les ténèbres et génère plus d’œuvres dans les ténèbres : le mensonge, la double-vie, l’hypocrisie. Personne ne veut afficher sa honte en public. Depuis le Jardin d’Eden, on essaie de cacher notre honte. Et cela ne peut se faire qu’en s’éloignant de Dieu et en s’enfonçant davantage dans les ténèbres.

La pornographie détruit la manière juste de penser

Succomber à la pornographie, c’est programmer ses neurones. Le cerveau humain est constitué de près de 100 milliards de neurones, dont la plupart ont pour rôle la mémorisation. L’information que nous envoyons à nos neurones est emmagasinée, triée et tissée de manière à créer des raccourcis favorisant la répétition et l’imitation. Nous sommes ce que nous mangeons, aussi bien physiquement que spirituellement. Pour se protéger de l’influence du péché, la solution de David était de ne rien mettre de mauvais devant ses yeux (Ps 101.3).

Succomber à la pornographie, c’est corrompre le rôle de la femme. Dieu a créé la femme pour être une aide. C’est un terme puissant, valorisant, employé souvent dans les Ecritures en référence au soutien que Dieu lui-même offre (Deut 33.26). La pornographie dévalorise le rôle de la femme, l'a réduit à un objet sexuel, un outil de consommation. Dans un mariage, cette perspective crée des attentes autant superficielles qu’irraisonnables.

Succomber à la pornographie, c’est corrompre le rôle de l’homme. L’homme a été créé pour être un leader-serviteur, une personne qui porte la responsabilité de ses actions et celle de sa famille, qui sacrifie pour son entourage (Gen 1-2 ; 1 Cor 11.3 ; Eph 5.25-27). La pornographie encourage une attitude contraire au rôle biblique où l’homme est profiteur, égoïste, infidèle, sans maîtrise de soi, livré à ses passions, irresponsable.

Succomber à la pornographie, c’est corrompre le rôle de la famille. Dès le 2e chapitre de la Bible, Dieu institue le mariage et la famille comme la base de la société. C’est seulement dans ce contexte que la sexualité peut être pure, juste, saine et constructive. La pornographie dévalorise les valeurs familiales ainsi que la sexualité selon le modèle biblique.

La pornographie détruit la productivité chrétienne

Succomber à la pornographie, c’est s’opposer à l’œuvre de Dieu la plus importante, la sanctification. Paul explique la relation clairement : « Ce que Dieu veut, c’est votre progression dans la sainteté : c’est que vous vous absteniez d’immoralité sexuelle » (1 Thess 4.3). Les péchés sexuels sont diamétralement opposés à l’œuvre que Dieu cherche à accomplir en nous.

Succomber à la pornographie, c’est briser une vie de discipline. La discipline est comme un interrupteur. Il n’y a que deux modes : « on » ou « off ». Soit notre vie est disciplinée, soit elle ne l’est pas. Perdre le contrôle de sa volonté en se livrant à des passions charnelles ne peut que détruire une vie de discipline.

Succomber à la pornographie, c’est encourager une dépendance au péché. Les experts séculiers s’accordent à dire que la pornographie agit comme une drogue. La pornographie est un super-stimulant qui produit de la dopamine, une hormone qui crée du plaisir et de la dépendance, que l’on retrouve en grande quantités dans certaines drogues dures. C’est une addiction physique. Jésus enseigne aussi que toute habitude de péché est un esclavage (Jean 8.34). Spirituellement, c’est une chaine qui mène à la dégradation progressive de la personne.

La pornographie détruit le témoignage chrétien

Succomber à la pornographie, c’est s’éloigner de Dieu. David confesse : « tu n’es pas un Dieu qui prend plaisir à la méchanceté. Le mal n’a pas sa place auprès de toi » (Ps 5.5). Choisir le péché, c'est s’éloigner de Dieu. La relation souffre ainsi que tout ce qui en découle.

Succomber à la pornographie, c’est perdre confiance en soi. Avez-vous déjà vue une armée revenir d’une défaite avec joie, assurance et confiance ? Toute défaite spirituelle décourage et attriste. Une personne qui n’est pas victorieuse dans sa vie chrétienne aura moins confiance dans son implication dans l’Eglise, dans son témoignage de l’Evangile et dans son leadership au sein de sa famille.

Succomber à la pornographie, c’est devenir irritable. « Celui qui se tient à l’écart cherche ce qui lui plaît, il s’irrite contre tout ce qui est raisonnable » (Prov 18.1) écrit Salomon. Le péché de la pornographie est un péché qui isole et entraine un comportement d’irritabilité envers son entourage.

Succomber à la pornographie, c’est se priver du fruit de l’Esprit. Les passions charnelles sont le contraire de la vie de l’Esprit et du fruit de l’Esprit : l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi (Gal 5.22).

La pornographie détruit autour d’elle

Succomber à la pornographie, c’est détruire la société. Toute participation à la pornographie contribue à la progression de cette industrie. Cela encourage des hommes et des femmes à vendre leur corps, des familles à être détruites, le péché à s’ancrer davantage dans notre monde.

Succomber à la pornographie, c’est détruire le corps du Christ. Chaque croyant fait partie du corps de Christ. Ainsi, chacun de nos péchés affectent les croyants de notre assemblée. Un membre atrophié handicape tout le corps.

Conclusion

Il existe de nombreux outils pour lutter contre la pornographie. Se rappeler de ses conséquences destructrices en est une. J’espère que le rappel de ces vérités bibliques vous encouragera à combattre encore plus fort ! Là où le péché se multiplie la mort règne mais en Christ la grâce a surabondé (Rom 5.20-21).

Il n’existe pas de solution facile contre le péché. Le meilleur moyen de le combattre, est de rechercher tout ce qui en est opposé : Christ, l’humilité, le service, l’amour, un esprit de reconnaissance, les œuvres dignes de Dieu, l’engagement dans l’Église, le témoignage, les rôles bibliques de l’homme et de la femme, la sanctification, la discipline, une vie de repentance, la dépendance envers Dieu seul, le fruit de l’Esprit. Plus nous désirerons ces choses, moins nous serons attirés par les péchés qui nous en éloignent.