7. Ton corps ne t’appartient pas, il appartient à Dieu.

« (…) Vous ne vous appartenez donc pas à vous-mêmes. Car vous avez été rachetés à grand prix. Honorez donc Dieu dans votre corps. » (1 Corinthiens 6.19-20, BDS)

Si une maison m’appartient, j’ai le droit d’en faire ce que je veux. Mais si elle est à quelqu’un d’autre, alors je n’ai pas ce droit.

Parfois lorsque je prêche, il m’arrive de demander à une personne de l’auditoire de me prêter un crayon ; je le casse ensuite en deux, le jette au sol et marche dessus. À chaque fois, c’est un auditoire silencieux, les yeux écarquillés, l’expression choquée et gênée qui me fait face. À chaque fois, je leur demande : « En quoi ce que j’ai fait vous dérange-t-il ? Pourquoi pensez-vous que j’ai fait quelque chose de mal ? » Et à chaque fois, une personne répond toujours : « Parce que ce n’était pas à vous. » Alors je leur explique que si, ce crayon était vraiment à moi, seulement je l’avais confié à la personne précédemment appelée afin qu’elle puisse me le donner lorsque je le lui dirais. Et cela change soudainement tout : parce que si cela m’appartient, alors j’ai le droit d’en faire ce que je veux. Mais si cela avait appartenu à quelqu’un d’autre, je n’aurais pas eu ce droit.

Lorsque tu es venu à Christ et que tu l’as reconnu comme Seigneur de ta vie, c’est ton être entier, ton corps y compris, que tu as abandonné à Dieu. La propriété de ta vie est passée de tes mains à celles de Dieu. Tu appartiens au Christ corps et âme, car tu as été racheté et à grand prix. « Ton corps » lui appartient entièrement, car pour l’obtenir Il a payé le prix ultime : le sang du Dieu tout puissant versé pour toi ! Nous lui appartenons en vertu à la fois de sa création et de sa rédemption. Dieu a tous les droits de me dire quoi faire avec mon esprit et mon corps. Moi en revanche, je n’ai aucun droit de faire ce que je veux avec ce qui appartient à Dieu.


Articles de la série :

Traduction : Olivia Zhang

Cet article vous a plu ? Inscrivez-vous pour recevoir nos derniers articles !