Lorsque je parle à des responsables d’étude biblique, une préoccupation revient sans cesse : comment trouver l’équilibre entre une étude approfondie de la Bible et un temps de prière ? Comment encourager, de manière pratique, une étude sérieuse de la Parole tout en approfondissant nos relations par la prière les unes avec les autres ? Actes 2.42 décrit une Église consacrée à l’enseignement des Écritures, à la prière et à la communion fraternelle. Comment nos groupes peuvent-ils prendre cette approche pour modèle de manière équilibrée ?

Au cours des années, j’ai fait partie de divers groupes, certains petits, d’autres plus grands. Il est évident qu’en fonction de la taille, il sera plus ou moins aisé pour celle qui anime la réunion d’encourager l’intimité entre les participantes (la plupart des conseils ci-dessous sont adaptés à des groupes de 5 à 30 personnes).

Voici trois pratiques que j’ai trouvées utiles.

1. Utiliser une liste de prière

Une manière simple de se tenir informée est de faire passer une liste de prière en début de réunion. Les femmes ont ainsi l’occasion de partager, mais sans pression. Cette solution limite également le temps de partage des sujets de prière. Nous avons en effet tendance à être plus concises à l’écrit qu’à l’oral (on évite ainsi tous les détails du contexte de l’histoire).

En fin de rencontre, une personne se charge d’envoyer les sujets de prière par mail aux autres membres du groupe. Nous encourageons chaque femme à prier pour celles dont le nom précède et suit le sien, ayant préalablement pris des nouvelles en milieu de semaine. Ce procédé simple sert à cultiver une communion et un soutien mutuel centrés sur la prière, sans compter uniquement sur le responsable pour faire circuler les informations. De plus, nos rencontres hebdomadaires peuvent ainsi être majoritairement consacrées à l’étude approfondie des Ecritures.

2. Intégrer les moments de prière

Il nous arrive de consacrer certaines rencontres entièrement à la prière. Toutes les cinq ou six semaines, nous interrompons notre série d’études pour passer du temps à prier les unes pour les autres. Étant relativement nombreuses, nous formons plusieurs petits groupes de cinq-six afin de permettre à chacune de partager et de prier ensemble.

Nous nous encourageons également, avant de prier, à respecter les « 3 S » du partage : Soyons brèves, Soyons bibliques, et Soyons bénéfiques.

Soyons brèves

Proverbes 10.19 rappelle avec sagesse qu’ « avec beaucoup de paroles, on ne manque pas de pécher ». Mais parfois le problème n’est pas ce qui est dit, mais le temps qui est pris pour le partager. Nous désirons que chacune ait l’opportunité de le faire, nous encourageons donc la brièveté.

Soyons bibliques

Le psalmiste priait : “Reçois favorablement les paroles de ma bouche, Et la méditation de mon cœur en ta présence, O Éternel, mon rocher et mon rédempteur ! » (Psaume 19.15). Nous demandons aux femmes de partager librement mais d’éviter la médisance et les paroles négatives au sujet des autres. Rien ne nous oblige à étaler le péché des autres alors que nous partageons nos propres besoins. Nous leur demandons également, lors de nos moments de prière, de considérer et de partager la façon dont l’étude des Écritures les a remises en question de manière nouvelle. S’appuyer sur les paroles des passages que nous étudions semaine après semaine afin de faire monter des prières basées sur la Bible est une réelle joie. Prier les Écritures est l’une des façons que Dieu utilise pour faire pénétrer leur beauté et leur vérité dans nos cœurs.

Soyons bénéfiques

Avant chaque moment de prière, nous encourageons chaque femme à se poser une question : Les autres bénéficieront-elles de ce que je m’apprête à dire ? La vérité d’Éphésiens 4.29 résonnera-t-elle ?

Notre désir en encourageant les « 3 S » n’est pas d’étouffer ou de contrôler exagérément notre moment de prière mais plutôt d’éviter qu’il « parte dans tous les sens ». Ces lignes directrices permettent que le temps passé ensemble soit une bénédiction pour nous toutes. Nous profitons d’une communion fraternelle agréable. Nous rions, nous pleurons et nous prions.

3. Recruter des responsables de prière

Lorsqu’un groupe d’étude biblique grandit, il peut être compliqué pour un seul responsable / enseignant de gérer avec équilibre chaque besoin personnel. Chaque femme a des luttes qui lui sont propres. Certaines s’expriment facilement, d’autres attendent d’être sollicitées.

Ainsi, dans le but de partager la charge, nous avons cherché des femmes spirituellement matures et prêtes à être nos responsables de prière. Nous leur avons attribué à chacune un groupe de 4 ou 5 femmes. Chaque responsable de prière prend régulièrement des nouvelles des femmes de son groupe, suit l’évolution des sujets de prière, et reprend contact avec celles qui ne sont pas venues depuis un moment. Lorsque nous nous retrouvons au bout de quelques semaines pour une rencontre de prière au lieu d’une étude biblique, nous reformons ces petits groupe pré-établis afin d’encourager l’intimité à l’intérieur du groupe plus important.

Le modèle dActes 2.42

Centraliser les sujets de prière de manière simple, passer du temps dans la prière ensemble, et déléguer le soin spirituel du groupe à d’autres responsables nous ont aidées à faire de nos rencontres des moments de communion fraternelle à la fois baignés dans la prière et nourris d’enseignement profond de la Parole.

Nous espérons, par la grâce de Dieu, refléter le modèle donné dans Actes 2.42 : « Ils persévéraient dans l'enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain et dans les prières. »