Une de mes plus grandes joies dans ce monde est de pouvoir diriger la louange. J’y prends plaisir non seulement parce que j’aime profondément faire de la musique, mais aussi parce qu’au travers des années j’ai vu l’impact que ce ministère peut avoir : des conversions en réponse aux vérités chantées, le renouvellement de la consécration, la redécouverte d’une joie perdue, un émerveillement retrouvé face aux bontés de Dieu. Des vies changées !

J’ai rencontré mon épouse dans l’équipe de louange d’un groupe de jeunes. Nous avons vécu des temps forts. Notre expérience fut tellement encourageante qu’aujourd’hui plusieurs des jeunes de ce groupe sont dans le ministère à plein-temps ou très engagés dans leurs Églises.

Le ministère de louange a un potentiel énorme sur les participants comme sur l’auditoire. Ci-dessous quelques principes, inspirés de Colossiens 3.16, qui j’espère vont vous motiver dans votre préparation !

« Que la parole de Christ habite parmi vous abondamment; instruisez-vous et exhortez-vous les uns les autres en toute sagesse, par des psaumes, par des hymnes, par des cantiques spirituels, chantant à Dieu dans vos cœurs sous l’inspiration de la grâce. » Colossiens 3.16

L’instruction de la louange

Principe #1. Choisir des chants dont les paroles ne sont pas trop ambiguës et communiquent un clair message de l’Évangile. Certains chants qu’on retrouve dans des églises pourraient aussi bien être chantés à une petite amie ou à d’autres dieux. On ne raterait pas quelque chose ?

Principe #2. Éviter des chants courts et répétitifs sans contenu théologique. Il est facile de créer une certaine atmosphère émotionnelle par la répétition. Associer des émotions fortes à des  valeurs vagues est simplement un mauvais leadership envers l’assemblée.

Principe #3. Trouver un équilibre entre les chants subjectifs et personnels et ceux décrivant des faits objectifs. Certains chants vont basculer plus d’un côté que de l’autre. Nous avons besoin des deux !

Principe #4. Se rappeler que les chants ont pour but d’instruire et d’exhorter en toute sagesse, pas seulement d’exprimer des sentiments. Dieu mérite toute la louange. Nos émotions n’en méritent pas. Même s’il est important que notre louange reflète l’expression de notre âme, faisons attention aux chants qui mettent l’homme trop en avant.

Principe #5. Louer Dieu selon le modèle des Écritures. Le caractère de Dieu et ses œuvres sont riches et variées, ne nous restreignions pas à ne chanter que les mêmes thèmes.

La préparation de la louange

Principe #6 Être familier avec les paroles des chants. Ceci est impératif si on veut un fil conducteur dans l’animation. Méditer sur les rapports entre les paroles chantées et les Écritures peut être extrêmement enrichissant.

Principe #7.  Choisir des chants qui ont eu un impact sur votre vie spirituelle. Pourquoi se contenter de moins ? Si nous-mêmes n’avons pas été impactés, comment s’attendre à ce que d’autres le soient sous notre direction ?

Principe #8. Passer du temps dans la prière et dans la Parole. Priez pour les gens envers lesquels le ministère est dirigé. Jeûnez quand c’est possible pour vous préparer.

Principe #9. Se rappeler que la louange est un ministère de la Parole, et donc un ministère puissant. Quand les paroles reflètent des vérités bibliques, on peut s’attendre au même impact qu’une prédication !

Principe #10. Etre prêt à expliquer pourquoi chaque chant choisi est important. Pourquoi ce chant et pas un autre ? Simplement parce que ça fait longtemps qu’on ne l’a pas chanté ? Parce que la mélodie est jolie ? Parce qu’on a grandit en le chantant ? Ce chant est-il apte à instruire et à partager une bénédiction spirituelle à l’assemblée ?

La sagesse de la louange

Principe #11. Bien préparer musicalement pour qu’elle ne soit pas une distraction mais au contraire un tremplin vers Dieu. Le ministère de la louange permet à des gens de toutes les générations de s’impliquer. Mais attention de ne pas tomber dans une attitude égoïste, prenant plaisir de jouer et de participer sans penser au bien du plus grand nombre. Autant que possible, répétez avant le service. J’encourage tous mes  musiciens à constamment s’améliorer avec leur instrument, à répéter chacun de leur côté, à même prendre des cours si possible. Pour la préparation, j’essaie  de ne pas toujours me baser sur les arrangements de base des recueils de cantiques, d’ajouter des introductions créatives, des transitions mélodieuses, des accords plus riches et de puiser des chants d’autres sources. Un chant augmentera son impact quand les dynamiques préparées par les musiciens sont appropriées aux paroles.

Principe #12. Choisir une sélection de chants appropriée pour la culture de l’Église locale. Chaque église a sa culture et ses générations. Attention de ne pas laisser de côté l’ancienne génération, ni de ne pas non plus penser que les vieux chants sont nécessairement les plus spirituels. Le plus sage c’est de choisir les meilleurs « vieux » cantiques et les meilleurs chants de louange « récents » ! Je trouve cela génial d’introduire des chants de plus de 150 ans dont les paroles ont passées les frontières du temps et dont les mélodies sont encore adaptées, tout comme je trouve chouette d’être renouvelé de chants dont le rythme et la poésie sont en phase avec notre temps.

Principe #13. Choisir des chants qui dénotent un certain niveau de poésie, étant raisonnablement uniques mais compréhensibles pour un large publique. Dieu nous a révélé des vérités dignes de la plus haute louange. Pour que nos chants touchent le plus grand nombre, nous devons faire attention à ne pas utiliser des paroles à la poésie trop vague ou trop médiocre.

Principe #14. Garder un élément de fraîcheur spirituelle dans les transitions orales. L’animation est un ministère où des cœurs (l’équipe qui dirige) mènent des cœurs (l’assemblée) à la louange. Si le cœur de l’animateur n’est pas brûlant pour Dieu, et que les vérités partagées sont distantes ou « sèches », l’assemblée ne sera pas encouragée dans son enthousiasme.

Principe #15. Rappelons-nous de la beauté de la grâce. C’est la grâce de Dieu qui inspire, motive et conduit dans la louange nous rappelle Paul. C’est cette grâce qui nous fait chanter, et qu’on doit se rappeler !

Bonne louange !


Article publié initialement sur Hymnes21